Victoryne Moqkeuz Eructeuse

Inspiration expulsion

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 6 novembre 2021

6 novembre 2021

FRONTPOPULAIRE

Classé dans : Art et culture, la vie des avis — eructeuse @ 7 h 00 min
Nation
Wokisme
Voile islamique : Sandrine Rousseau recadrée par Fatiha Agag-Boudjahlat

ARTICLE. Sandrine Rousseau, la caution woke et éco-féministe — pour ne pas dire islamo-gauchiste — d’EELV a été prise à son propre jeu. Lors d’un débat sur LCP, portant sur le voile et sur la récente campagne du Conseil de l’Europe de promotion du hijab, l’essayiste Fatiha Agag-Boudjahlat l’a sommée de « déconstruire » son « privilège de blanche bourgeoise ».

Voile islamique : Sandrine Rousseau recadrée par Fatiha Agag-Boudjahlat

 

Gauche Laïque : 1, gauche communautariste : 0. Deux visions féministes et politiques se sont opposées sur le plateau de l’émission Ca vous regarde sur LCP ce 4 novembre. Sandrine Rousseau (EELV) d’un côté, et de l’autre Fatiha Agag-Boudjahlat, enseignante et essayiste, ont débattu de la campagne sur le hijab diffusée par le Conseil de l’Europe. Intitulée « Beauty is in diversity / As freedom is in hijab », celle-ci avait déclenché une vive polémique et la France avait poussé au retrait des affiches.

Cette promotion du hijab a fait sortir de ses gonds Fatiha Agag-Boudjahlat, très active sur les sujets de laïcité. Indignation légitime de l’intéressée : « Elle (la campagne, ndlr) brasse les éléments de communication “girly“ et les éléments de langage des islamistes, tout ça pour normaliser la pratique qui reste patriarcale rétrograde ». Pour l’enseignante, le voile est un symbole délétère pour la liberté des femmes — souvent mineures — qui sont sommées d’être « pudiques », « discrètes » et « vierges ». La candidate déçue à la primaire EELV n’a eu d’autre choix que de ronger son frein devant l’argumentaire de son adversaire.

 Pour éviter de stigmatiser, Rousseau dévie le tir

La vice-présidente de l’université de Lille s’est dit désespérée de voir que « le corps des femmes et la manière dont elle habille leur corps soit encore un sujet ». Avant de s’indigner que l’on « parle de cela sans ces femmes », parlant d’une« invisibilisation à un degré qui défie l’entendement ». Dans une sortie osée, elle a considéré qu’il y avait « plein de motivations pour porter un voile » et qu’ « il y en a qui portent des voiles qui sont juste un embellissement ».

Mais alors quid de l’Islam et de son dogme patriarcal ? Sandrine Rousseau s’est refusée à nommer explicitement cette religion. Dans une prose particulièrement convenue, elle s’est contentée de condamner « les trois grandes religions » qui ont ceci de commun « qu’elles veulent contrôler le corps des femmes ». D’un point de vue vestimentaire, c’est pourtant contestable, mais le bras droit de Yannick Jadot s’est réfugiée vers cette généralisation bien pratique.

« Madame, essayez de déconstruire vos privilèges de blanche bourgeoise »

Plutôt que d’aller sur ce terrain, Fatiha Agag-Boudjahlat a asséné à son opposante un uppercut tout sourire : « Madame, essayez de déconstruire vos privilèges de blanche bourgeoise ». Une attaque imparable, car, citons l’essayiste : « vous aimez cette attaque quand vous êtes face à un homme blanc. Eh bien moi je vous la renvoie ». Une manière, bien entendu, de faire référence aux nombreuses déclarations polémiques de la candidate d’EELV quand elle expliquait par exemple que ce ne sont pas les « hommes blancs à vélo dans les villes », qui représentent « l’écologie ». Ou bien quand elle racontait qu’elle vivait « avec un homme déconstruit » et qu’elle en était « hyper heureuse ». Ajoutant : « Je ne fais pas confiance à des hommes ou femmes qui n’ont pas fait le chemin de la déconstruction ».

Sonnée de se voir renvoyer ses propres formules — qui ne sont qu’autant d’arguments d’autorité — Sandrine Rousseau a tenté de s’en sortir. En vain, Fatiha Agag-Boudjahlat concluant, inflexible : « Apprenez à combattre tous les patriarcats. Vous avez tort et vous ne connaissez pas ce monde. Vous n’allez pas m’apprendre ce que c’est que cette culture. C’est la mienne ». Quoi qu’on pense de cette façon de clore le débat, quel délice de voir l’éco-féministe revendiquée Sandrine Rousseau, si consensuelle avec l’islamisme et le wokisme, se faire prendre à son propre jeu.

Auteur

Publié le 5 novembre 2021
 

Méfi au Coucou Gris - Carlotti |
Valreymont |
Gutsyflower |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ibtissame AZZAOUI
| Adelaidecitynews15
| UMP Aix en Provence