Victoryne Moqkeuz Eructeuse

Inspiration expulsion

20 août 2021

CHARLIE HEBDO

Classé dans : Art et culture, la vie des avis — eructeuse @ 2 h 38 min

NATACHA DEVANDA

mis en ligne le 19 08

AFGHANISTAN : découvrez le charme (discret) des talibans

C’est l’opération de com’ la plus osée du moment : les talibans ont changé. Les talibans sont inclusifs et bienveillants. Défense de rire. C’est puni de 100 coups de fouet.

Ils ont changé. C’est en tout cas ce que les talibans affirment et ce que Jean-Yves Le Drian voudrait croire. Interrogé par France Info au lendemain de la prise de Kaboul par les barbus, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a recommandé que les talibans forment en Afghanistan « un gouvernement qui soit vraiment inclusif et représentatif ». « Ce n’est pas la même génération » que ceux qui contrôlaient le pays entre 1996 et 2001, a-t-il dit mardi 17 août à nos confrères avant de poursuivre : « Ils déclarent vouloir acquérir respectabilité et honorabilité, c’est à eux d’en faire la preuve. Ils ont annoncé qu’ils respecteraient les droits acquis au cours des vingt dernières années en Afghanistan, il faut qu’ils le démontrent. Et la meilleure preuve serait de faire en sorte qu’il y ait un gouvernement de transition qui soit vraiment inclusif et représentatif. Cela montrerait que les talibans ont changé, qu’ils veulent respecter le droit, qu’ils veulent mettre fin aux violences et faire en sorte que les populations civiles se sentent en sécurité. »

C’est quoi des talibans inclusifs ? Des taliban.e.s peut-être ? Après réflexion, on pourrait se dire que le ministre parlait des différentes factions qui irriguent le courant de pensée pachtoune. Mais, il est trop tard pour éteindre la polémique. De gauche à droite, Le Drian s’est fait étriller pour ces propos « naïfs », « inquiétants », « sidérants ». Pour le moins.

Ces propos identiques, au mot près, à ceux des représentants US sont très inquiétants. Ils nous préparent à une reconnaissance diplomatique du pouvoir Taliban au prétexte de vagues engagements. La realpolitik, comme toujours, sur le dos des femmes. https://t.co/puMi3wPntE

— Laurence Rossignol (@laurossignol) August 18, 2021

Glaces, trampoline et barbes à papa ?

Et à chaque jour son lot de surprise. Depuis mercredi 18 août, certains de ces talibans, grands enfants à la pilosité abondante, font des selfies, mangent des glaces, rigolent et s’éclatent. Cette insouciance va de pair avec la nouvelle stratégie politique des talibans : maquiller les loups en agneau. « Afghanistan : l ‘offensive de charme des talibans », titrait jeudi 19 août une dépêche AFP.

S’ensuivait la description des premières prises de paroles des barbus. « Souriant aux journalistes, posant pour des selfies et même s’asseyant pour une interview télévisée avec une femme journaliste, les talibans semblent lancés dans une vaste opération de séduction médiatique, pour convaincre les Afghans et le monde qu’ils ont changé. »

Pour rester crédibles, ils relativisaient eux-mêmes leur évolution, histoire que personne ne se fasse trop d’illusions. « Sur l’idéologie, et les croyances, il n’y a pas de différence », expliquait Zabihullah Mujahid, l’un des porte-parole talibans lors de sa première conférence de presse à Kaboul. Mais en terme « d’expérience, de maturité et de perspicacité, sans aucun doute, il y a de nombreuses différences », a-t-il repris.

Paroles, paroles, paroles…

Il a ensuite énuméré une longue liste de promesses alléchantes : une amnistie pour tous, des droits pour les femmes, dont la possibilité de travailler ou d’aller à l’école, des médias indépendants et libres et la formation d’un gouvernement inclusif.

Les talibans ont aussi dit vouloir faire partie de la communauté internationale et promis que le sol afghan ne serait plus utilisé pour des attentats à l’étranger. Ouf ! Nous voici rassurés. Vivement les tour-opérateurs et les séjours « all inclusive ».

Tous ces engagements s’accompagnent cependant d’un avertissement à la sauce talibane : tout devra se faire « en conformité avec (leur) interprétation de la loi islamique ». De quoi donner des sueurs froides à pas mal de monde : les femmes en premier, mais aussi les journalistes, les intellectuels, les artistes, les minorités religieuses…

Car, de 1996 à 2001, période durant laquelle ces fondamentalistes cinglés ont régné en maître dans le pays, les Afghans ont subi leur barbarie. Et personne n’a oublié leur interprétation ultra-rigoriste de la charia. Interdiction de toutes formes de divertissement (musique, télévision…), amputation pour les voleurs, exécution publique des meurtriers, interdiction du travail et des études pour les femmes, fouet et lapidation pour celles qui commettaient des actes contraires aux règles débiles des nouveaux maîtres des lieux…

Déjà, à l’époque, ils menaient le monde en bateau en promettant tout et n’importe quoi. « Aucune forme de vengeance », affirmait alors le mollah Omar, cet humaniste fondateur des talibans. Deux jours plus tard, ces sbires exécutaient l’ancien président Najibullah et pendaient son corps à un lampadaire. Chassez le naturel…

Les mêmes, en pire !

« Ils sont meilleurs en relations publiques maintenant (…) Ils parlent anglais, s’adressent aux médias internationaux », a relevé Pashtana Durrani, qui gère une ONG dédiée à l’éducation des femmes à Kandahar (sud), dans une interview à la chaîne britannique Channel Four. « Ce qu’ils disent en conférence de presse et ce qu’ils font sur le terrain (…) sont deux choses différentes », a-t-elle souligné. « La grave réalité, c’est qu’ils n’ont pas changé. Ce sont les mêmes.  »

Des propos que confirme Chékéba Hachemi, la présidente de l’association Afghanistan libre, une ONG qui scolarise notamment fillettes et jeunes filles afghanes, à Libération du mercredi 18 août : « Ce sont exactement les mêmes, en plus hargneux, plus revanchards ».

Lundi, Charlie a pu être en contact avec une salariée de l’ONG qui a son siège à Paris. Seule à tenir la maison, presque tous les membres de l’association étaient mobilisés pour tenter de faire sortir de l’enfer qui s’annonce, les collaborateurs afghans. Nous devions nous recontacter aujourd’hui, jeudi, pour une interview. Mais le téléphone d’Afghanistan Libre renvoie désormais sans cesse vers un portable qui bascule immédiatement en messagerie. Pas rassurant. •

Laisser un commentaire

 

Méfi au Coucou Gris - Carlotti |
Valreymont |
Gutsyflower |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ibtissame AZZAOUI
| Adelaidecitynews15
| UMP Aix en Provence