Victoryne Moqkeuz Eructeuse

Inspiration expulsion

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 13 février 2021

13 février 2021

CELINE PINA

Classé dans : Art et culture, la vie des avis — eructeuse @ 3 h 44 min
SUR L’AFFAIRE DIDIER LEMAIRE (professeur menacé de mort par les islamistes)
Il y a quelque chose de pourri dans les Yvelines. Et les élus locaux comme le représentant de l’Etat local, le Préfet Brot, en portent la lourde responsabilité.
Voilà qu’après que Samuel Paty ait été tué en sortant du collège où il enseignait, dans les Yvelines, un autre professeur se retrouve menacé de mort pour avoir dénoncé l’emprise islamiste sur Trappes.
Une emprise connue de tous, deux journalistes du Monde en ont même fait un livre racontant la montée du communautarisme.
Trappes a fourni un des plus gros contingent de jihadistes à L’Etat Islamique, plus même que Molenbeek. Entre 60 et 80 jeunes sont partis en Syrie.
En 2013, le contrôle d’une femme en voile intégral ayant déclenché des violences de la part du mari, Trappes eut l’honneur d’inaugurer les premières émeutes au nom de la volonté d’imposer l’islam radical sur notre territoire.
Plus près de nous Marlène Schiappa avait voulu délocaliser son cabinet ministériel quelques jours à Trappes, en 2017, lors d’une déambulation, elle voulut entrer dans un café. Celui-ci étant apparemment réservé aux hommes, le préfet l’a dissuadée d’y aller pour éviter l’incident. Préférant inviter la ministre à se soumettre au sexisme plutôt que de faire respecter la loi française.
Aujourd’hui la boucle est bouclée et c’est un professeur, cible de choix pour les islamistes, qui est menacé. Ce qu’il dénonce est exact et s’appuie sur la réalité : Trappes est un des hauts lieux de l’influence de l’idéologie islamiste. Une telle emprise s’explique par des années de clientélisme, d’aveuglement et d’omerta.
Il faut dire que de nombreuses stars issues de ce biotope, dont Jamel Debbouze par exemple, se mobilisent immédiatement pour jeter l’opprobre sur ceux qui osent parler. Pourtant ils ont tous choisi avec leurs pieds de quitter ce lieu soi-disant si épanouissant et injustement déconsidéré. Tellement épanouissant que dès que c’est possible, ses laudateurs s’installent ailleurs. Loin.
Mais surtout, après l’assassinat de Samuel Paty, on se serait attendu à la mobilisation des élus et du Prefet aux côtés de cet autre professeur menacé. Et bien non, ils préfèrent symboliquement lui tirer dans le dos. Pour le coup la trahison des principes et valeurs de la République est avérée.
Le pire est le Maire de Trappes. Lequel menace le professeur et l’attaque en justice. Des élus se sont même introduits dans le lycée pour distribuer une lettre qui est une attaque basse contre le professeur, qui nie la réalité de la ville et met le professeur en danger puisqu’il est en creux accusé de dénigrement et de gâcher la réputation de la ville et des élèves. Comme si avoir fourni un plus gros contingent de jihadiste pour la Syrie ne signifiait rien…
Un Maire qui s’introduit dans un lycée pour régler ses comptes et distribuer des tracts commet une faute. Mais l’élu s’en moque. Pour cet homme le pouvoir ce n’est pas un engagement mais l’occasion de disposer de passe-droits et de s’extraire de tout devoir. Le fait que son élection ait été invalidée et qu’il ait été condamné à un an d’inéligibilité pour des comptes de campagne faux, en dit beaucoup sur la personnalité d’un homme qui ne se maintient au pouvoir que grâce aux délais de son recours en appel.
Que le comportement du Maire soit douteux n’est pas si étonnant. En région parisienne le clientelisme est une martingale électorale. L’attitude du préfet est, elle, particulièrement choquante. Il reconnait que Trappes est un terrain difficile mais accuse surtout Didier Lemaire, le professeur menacé de saccager ses efforts. Sauf que l’on ne voit guère de quels efforts il parle. Le préfet évoque même un « travail de dentelle ». Sérieusement? Face au fascisme islamiste? Le préfet compte vraiment faire reculer l’islamisme en sacrifiant des professeurs au dialogue avec les salafistes et les frères musulmans? C’est quoi faire de la dentelle quand les signaux dans les Yvelines au lieu de passer au vert tournent au rouge vif?
La question se pose d’autant plus qu’un très bon policier, qui justement avait pris la direction du renseignement territorial du 78, Jean-Luc Taltavull aurait été viré par le Préfet, pour satisfaire la demande de son grand ami, Pierre Bédier le président du conseil départemental. Le clientélisme de celui-ci avec les officines de l’islam radical est régulièrement dénoncé, comme la puisillanimité du Prefet Brot, qui tranche avec le positionnement offensif de ces prédécesseurs. Les deux compères fonctionnant en binôme sont vus comme une aubaine pour les islamistes purs et durs. Mais alors que l’Etat fait voter une loi contre le séparatisme, peut être devrait-il commencer par s’assurer que ses relais sur le terrain ne favorisent pas la politique inverse. Cela l’aiderait à gagner en cohérence donc en crédibilité.
Marianne a enquêté sur cette étrange histoire de limogeages d’un policier respecté à la demande d’un politique condamné par le passé et dont la réputation reste trouble.
Ce que raconte l’enquête met très mal à l’aise tant on paraît loin de toute droiture républicaine. Le commissaire avait une excellente réputation, son travail était salué, mais justement, il était efficace donc gênant.
Voilà ce que dit l’enquête de Marianne:
« En juin 2018, dans une note confidentielle à sa hiérarchie, Jean-Luc Tastavull évoque la brutale éviction du secrétaire général du conseil des institutions musulmanes des Yvelines au profit d’élus plus « rigoristes » soutenus par des élus locaux et notamment par Pierre Bédier, président du conseil départemental, ancien maire de Mantes-la-Jolie. Le document policier fait état de la campagne d’intimidation menée sur cet animateur musulman réputé modéré, avec en toile de fond des soutiens électoraux promis par ses rivaux. « Un an plus tard, le commissaire Tastavull a été viré par Jean-Jacques Brot, le préfet des Yvelines, officiellement suite à des incidents à Chanteloup-les-Vignes», se souvient un policer local, très amer par le limogeage de son ancien chef. « A quatre mois des municipales de mars 2020, on lui a reproché ne pas avoir fait remonter au préfet une note sur une possible flambée de violences à Chanteloup, raille cet enquêteur, mais la vérité c’est que la lutte contre l’islamisme radical ne plaisait pas à tout le monde. »
D’ailleurs, selon cet enquêteur, le préfet des Yvelines, en 2020, a réclamé au RT la surveillance du milieu… évangéliste. « On a cru rêver », soupire cette source, dénonçant une forme « d’immobilisme général ».
On peut donc remercier le ministre de l’éducation nationale de rappeler le Maire à ses devoirs tout en pensant que cela mériterait une condamnation plus réelle et qu’une telle attitude devrait être traduite en justice. Histoire que tout le monde comprenne que devenir Maire ce n’est pas se faire élire caïd d’un territoire.
On peut remercier M. Darmanin d’avoir fait protéger le professeur menacé et l’inviter à se pencher sur les liaisons dangereuses entre le préfet, le président du conseil départemental et les représentants de l’islamisme radical. Les Yvelines sentent le souffre et à voir la progression de l’islamisme, il y a définitivement quelque chose qui ne va pas dans le fonctionnement des pouvoirs publics.
Le ministre de l’Interieur devrait commencer par renvoyer ce préfet qui après l’assassinat de Samuel Paty n’hésite pas à accrocher une cible dans le dos d’un autre professeur courageux. Si les préfets deviennent les meilleurs alliés de ceux qui menacent les enseignants, c’est tout l’Etat qui se déconsidère.
Voilà pourquoi la sanction du préfet, comme la traduction du Maire en justice pour intrusion dans un établissement scolaire à des fins de propagande politique seraient un service à rendre aux citoyens et à la République. Parce qu’en l’état actuel des choses, dans les Yvelines, cette histoire est en train de démontrer la puissance des islamistes et la trahison de l’Etat.
Alors qui êtes-vous M.Darmanin ? Celui qui fait voter la loi contre le séparatisme, applaudi par 80% des Français ou celui qui ferme les yeux sur l’influence des islamistes et leurs relais au plus haut niveau ?
Heureusement, ils restent des hommes et des femmes dont le courage est remarquable dans l’épreuve. Ce sont les collègues de Didier Lemaire. Ils sont à ses côtés et dénoncent les pressions des élus. Merci à eux d’être là !
 

Méfi au Coucou Gris - Carlotti |
Valreymont |
Gutsyflower |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ibtissame AZZAOUI
| Adelaidecitynews15
| UMP Aix en Provence