Victoryne Moqkeuz Eructeuse

Inspiration expulsion

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2020

31 décembre 2020

Hé oui on est peu de chose

allan barle

allan barle

18 décembre 2020

POLITIQUEMENT INCORRECTE SUIS JE

Classé dans : tout est politique — eructeuse @ 8 h 01 min

Observe observe :

Houellebecq est-il d’extrême droite se demande -t-on sur l’Obs ?

Il est passé par ici coucou, il repassera par là…

Il est

Il est d’extrême droite, il est d’extrême gauche, il est de droite, il est de gauche, il est du centre droit, il est du centre gauche..

Quoi que l’on dise, quoi que l’on pense on vente tous en son sein : le trou de balle !

10 décembre 2020

IMPULSIONS

Classé dans : Qui rit qui rit ? — eructeuse @ 8 h 07 min

Capter du public

faut faire son fric

capter des fidèles

faut faire son miel

capter l’attention

du consommateur

ô con ô con

faut faire son beurre

la consommation

le biberon du pion

la bonne illusion temporaire mon frère

qui rit qui rit

le roi du pognon

 le capitalisme jouit

9 décembre 2020

HAUT LE POING

Classé dans : pour le meilleur et pour le rire — eructeuse @ 7 h 57 min

img041

img041

8 décembre 2020

Plus on est de fous…

Classé dans : tout est politique — eructeuse @ 8 h 03 min
L’ex-figure des Gilets jaunes Jacline Mouraud candidate à la présidentielle de 2022

3 décembre 2020

SKIEUR.COM

Classé dans : Art et culture, la vie des avis — eructeuse @ 8 h 34 min
Accueil > News > Enquête : qui fréquente les stations de ski ?
Actu

/

28 janvier 2018 à 07:00
, par Laurent Belluard
 

Enquête : qui fréquente les stations de ski ?

La tendance est au rajeunissement mais à moins de ski

Selon l’enquête ConsoMontagne commandée par l’ANMSM, la population des stations de ski serait (plutôt) en phase de rajeunissement puisque les personnes réalisant pour la première fois un séjour en montagne auraient entre 18 et 29 ans, une bonne nouvelle en apparence car on se demande bien comment il pourrait en être autrement… Mais ce que révèle également cette enquête annuelle qui en est à sa sixième année d’existence, c’est que la part des non-skieurs ne cesse de grandir pour atteindre 17% alors qu’elle était de 13% en 2012, au commencement de l’étude. Cette tendance qui impacte davantage (c’est logique) le public français (75% de la clientèle des stations quand même…), souligne que ces personnes qui n’achètent pas de forfaits vivent la montagne pour son dépaysement et les retrouvailles en famille, les sports de glisse étant trop synonymes de risque de blessure. Cette évolution, si elle se confirme sur le long terme, va amplifier la fracture entre les grands domaines skiables d’altitude et les stations dites « familiales », parfois plus typiques mais victimes d’un enneigement moins sécurisé. Cette tendance, à confirmer donc, pourrait aussi augmenter l’importance de la qualité des services offerts par les commerçants dans le taux de satisfaction des clients, ce qui implique non pas une montée en gamme mais un rééquilibrage entre les prix et l’offre, c’est-à-dire un meilleur rapport qualité-prix-accueil.

St Pierre

Si les 35-60 ans constituent toujours la tranche d’âge la plus représentée en stations, on peut surtout regretter son épaisseur : on est tout juste père à 35 ans et souvent déjà grand-père à 60, autant dire que ce n’est pas tout à fait la même mayonnaise ! L’âge moyen en station tourne autour de 40 ans et près des deux tiers des sondés affirment pratiquer le ski, de bon augure pour les vendeurs de forfaits malgré le lent effritement décrit plus haut. Sur la période, on note également un net attrait pour les espaces bien-être, heureusement pourrait-on dire puisque les stations ont largement investi dans ces infrastructures terriblement énergivores. De là à extrapoler qu’il faut absolument investir dans ces structures, il n’y a qu’un pas que certains franchiront… Sauf que si on organisait sur la même période une fête permanente de la saucisse, on retrouverait immanquablement dans l’étude un intérêt marqué de la clientèle pour la saucisse. À prendre avec des pincettes donc…

Val

Reste une vérité immuable : les Français dépensent en moyenne 430 euros par personne pour leur séjour, soit 1720 euros pour une famille de quatre : le forfait « famille » coûtant 912 euros à Val d’Isère, ça va être compliqué pour la (seule) nuit à 1600 euros dans un (très) bel hôtel de la station… Mais en demi-pension quand même !

2 décembre 2020

Il faut que ce soit dit et c’est bien dit

Classé dans : Art et culture, la vie des avis — eructeuse @ 14 h 21 min
CÉLINE PINA
Quand le Parlement européen patronne la grande fête de l’indigénisme et du racisme, il le fait en instrumentalisant l’esclavage. Et c’est une débâcle morale. Cela tombe bien : pour ceux qui veulent diffuser la haine des valeurs universelles tout en affichant une éclatante vertu, il y a un biais: instrumentaliser l’esclavage.
Cela permet tous les délires accusatoires et comme tout ce petit monde « racialiste » se fiche qu’en Afrique il soit encore pratiqué et se moque de la réalité des connaissances sur ce sujet, les entrepreneurs identitaires peuvent s’en donner à coeur joie. Le fait que le programme mette en avant des personnalités comme Mmes Diallo et Vergès qui ne sont pas des spécialistes du sujet mais des activistes politiques nous dit chez qui nous sommes : chez ceux qui par haine de l’altérité réactivent le racisme. Ils sont combattus quand ils sont à l’extrême-droite, et c’est normal mais ils sont honorés quand ils se réclament de l’extrême-gauche alors qu’ils sont tout aussi violents et antirépublicains. Mais ils maîtrisent mieux le langage du totalitarisme, ses renversements de sens et sa fausse vertu. Ils pratiquent le mensonge historique et à gauche comme à droite, ce type de personne entraîne dans le mur leur partisan et au nom de la pureté font naître en général des systèmes abjects.
Sous couvert de commémoration d’esclavage, c’est trop souvent la haine de l’occident qui est célébré et c’est le fait que tous les peuples et toutes les couleurs de peau aient pratiqué l’esclavage qui est nié. Rien non plus sur le mouvement qui au nom de l’égale dignité de tous les humains a aboli l’esclavage. Ce qui est logique : au-delà de la haine du Blanc et du refus de lui accorder quelque humanité, il y a surtout le refus de l’égalité entre les hommes au profit de la mise en concurrence des communautés ethniques et/ou religieuses.
En effet politiquement le but du jeu n’est pas la commemoration et la connaissance de l’esclavage mais la mise en accusation des valeurs universalistes et des sociétés européennes. Le tout sur fond de racisme car le soi-disant racialisme qui réduit l’homme à sa couleur de peau et les rapports entre humains à une seule question de domination est le racisme décomplexé dans une de ses expressions les plus pures.
La commémoration de l’esclavage aurait mérité l’érudition, l’intelligence et la réflexion, peut-être aussi des propositions d’actions pour les endroits dans le monde où il est encore pratiqué, mais si cela avait été le cas il n’y aurait pas seulement parmi les invités des personnalités aussi orientées.
Il faut aujourd’hui ouvrir les yeux. Racialistes et islamistes, qui sont d’ailleurs des alliés, usent de leur influence au sein de notre monde politique mais en Europe également et diffusent ainsi leur vision du monde. C’est aussi à ce niveau qu’il faut les combattre.
TOTALEMENT APPROUVE
 

Méfi au Coucou Gris - Carlotti |
Valreymont |
Gutsyflower |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ibtissame AZZAOUI
| Adelaidecitynews15
| UMP Aix en Provence