Victoryne Moqkeuz Eructeuse

Inspiration expulsion

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2020

28 septembre 2020

Démo démographie pas démocratie

Classé dans : Pour vous les femmes ! — eructeuse @ 6 h 25 min
 Le 3 octobre 2017 Libé

Il y a désormais 110 femmes sénatrices

Parité.

La parité progresse (un peu) au Sénat : la Chambre haute compte désormais 110 femmes sénatrices, soit environ 32%, contre 102 juste après le renouvellement du 24 septembre dernier, selon nos informations. La raison : la démission de nombreux sénateurs en application de la loi sur le non-cumul des mandats. Avant le scrutin de fin septembre, le nombre de femmes dans l’hémicycle était de 97, sur un total de 348 sièges (27,8%).

Après le scrutin, le Haut conseil à l’égalité (HCE) avait dénoncé les «stratégies anti-parité» mises en place par certains partis pendant l’élection. Dans les circonscriptions où les parlementaires ont été élus à la proportionnelle, les partis respectaient la parité numérique (un homme, une femme, un homme, une femme) mais les candidates femmes ne représentaient qu’un quart des têtes de listes, explique l’Oeil du 20 heures de France 2. Elles avaient donc moins de chance d’être élues.

Scrutin qui a plutôt tendance à favoriser la droite dit-il mais aussi les hommes, non ?

Classé dans : élection érection piège à con — eructeuse @ 6 h 19 min

Sénatoriales : qui sont les 160 000 grands électeurs qui élisent les sénateurs ?

Senat hemicycle

Aujourd’hui, les grands électeurs. Composés à 95 % par les conseillers municipaux, ils sont au total 160 000 à élire les sénateurs. Les petites communes sont surreprésentées, ce qui a plutôt tendance à favoriser la droite. Explications.

Le 17 août 2020
François  Vignal Par François Vignal @francoisvi
3mn

L’élection sénatoriale a la particularité d’être une élection au suffrage universel indirect. Ce n’est donc pas l’ensemble des Français inscrits sur les listes électorales qui élisent les sénateurs, mais des grands électeurs. Ils sont au total de 162 000. Pour le scrutin du 27 septembre sur la série 2, soit la moitié des sièges du sénat, on compte environ 87 000 grands électeurs.

Vote obligatoire

Selon l’article 24 de la Constitution, le Sénat « assure la représentation des collectivités territoriales ». Le collège électoral des grands électeurs est donc logiquement composé à 95 % par les conseillers municipaux, ainsi que par les conseillers généraux, les conseillers régionaux et les parlementaires du département. À noter que le vote est obligatoire pour les sénatoriales. Les grands électeurs encourent une amende de 100 euros en cas de non-respect de cette obligation.

Cette prééminence des conseillers municipaux explique pourquoi les élections municipales font les sénatoriales. Le scrutin découle directement des tendances politiques de l’élection des maires. Le Sénat est ainsi passé à gauche en 2011 après une poussée de la gauche lors des municipales de 2008. À l’inverse, la vague bleue de 2014 a entraîné le retour de la Haute assemblée à droite lors des sénatoriales.

Les villes de moins de 10 000 habitants surreprésentées

Dans le détail, pour les communes de moins de 9 000 habitants, une partie seulement des conseillers municipaux vote. Dans les communes de 9 000 à 30 000 habitants, tous les conseillers municipaux sont grands électeurs. Pour les communes de plus de 30 000 habitants, des délégués supplémentaires sont désignés par tranche de 800 habitants.

Ces délégués sont des personnes de confiance, choisies généralement pour leur proximité politique avec les conseillers municipaux qui les désignent. Il s’agit concrètement de voter comme on leur demande, c’est-à-dire en respectant la couleur politique des conseillers municipaux élus.

Conséquence de ce corps électoral particulier : les villes de moins de 10 000 habitants, qui représentent 50,3 % de la population, comptent 69 % des délégués sénatoriaux. Les petites communes sont donc surreprésentées.

Les vagues politiques des municipales amorties et lissées

Cet équilibre a évolué dans l’histoire. Au début de la IIIe République, chaque commune avait un représentant. La voix de Marseille comptait autant que celle du village de Chamouille, dans l’Aisne, ou celui de Pompogne, dans le Lot-et-Garonne. En 1984, on commence à intégrer une part de représentation démographique.

En 2000, la tentative de Lionel Jospin, qui avait qualifié le Sénat « d’anomalie démocratique », de renforcer encore l’équilibre démographique (en fixant à 300 habitants le seuil permettant des délégués supplémentaires), a été censurée par le Conseil constitutionnel car les sénateurs doivent être essentiellement élus par… des élus.

Autre caractéristique : le renouvellement du Sénat se fait par moitié, tous les trois ans. Cela entraîne une forme de lissage des vagues politiques. Les mouvements sont atténués ou reportés dans le temps. En ajoutant la surreprésentation des petites villes et des territoires ruraux, où la droite reste bien implantée, on comprend pourquoi se crée un effet d’amortissement des mouvements électoraux observés lors des municipales, ainsi qu’un scrutin qui a plutôt tendance à favoriser la droite.

Publié le : 17/08/2020 à 12:05 – Mis à jour le : 08/09/2020 à 11:04
Crédits photo principale : BERTRAND GUAY / AFP

26 septembre 2020

TRISTESSE

Classé dans : Qui rit qui rit ? — eructeuse @ 7 h 13 min

Après l’attaque rue Nicolas-Appert près des anciens locaux de « Charlie Hebdo » à Paris, Jean Castex a rappelé « l’attachement indéfectible » du gouvernement à la liberté de la presse. Quant à l’AFP qui a refusé de signer la lettre ouverte de solidarité avec Charlie-Hebdo…a de quoi rougir…

Un nom emblématique manque pourtant à la liste des signataires du texte : celui de la prestigieuse Agence France Presse (AFP), qui fournit en dépêches et en informations des médias du monde entier. La décision de l’AFP, pourtant sollicitée par Charlie Hebdo, de ne pas s’associer à cet appel en défense de la liberté d’expression déclenche des remous à l’intérieur-même de l’agence : le Syndicat national des journalistes (SNJ) de l’AFP a publié un communiqué exprimant sa « consternation » avec des mots forts : « La direction de l’AFP a tourné le dos à l’histoire de l’Agence France-Presse et aux principes qui la guident depuis plus de sept décennies, et qui devraient continuer à l’animer« , proclame le SNJ. Pris sur MARIANNE.FR

19 septembre 2020

UNION NATIONALE DES EGAREES DE FRANCE

riss 2020

14 septembre 2020

Deuxième jour où mes blogs littéraires sont inacessibles…

Classé dans : il faut savoir humour garder — eructeuse @ 6 h 41 min

Allez une nouvelle incroyable : 6h 30, en plein centre ville de Villeneuve sur lot, j’entends un coq chanter ! Oui, il y a du vent !

9 septembre 2020

GAG…

Classé dans : tout est politique — eructeuse @ 7 h 18 min

gag sondage

6 septembre 2020

Le difficile métier d’élu d’une république laïque

Classé dans : tout est politique — eructeuse @ 5 h 51 min

République laique

Nul n’est censé ignoré la loi de 1905 !

 

Méfi au Coucou Gris - Carlotti |
Valreymont |
Gutsyflower |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ibtissame AZZAOUI
| Adelaidecitynews15
| UMP Aix en Provence