Victoryne Moqkeuz Eructeuse

Inspiration expulsion

30 novembre 2013

LA BITE EST-ELLE DE DROITE DE GAUCHE DU CENTRE?

Classé dans : La politique du tout ou rien,tout est politique — eructeuse @ 9 h 16 min

A ASSEMBLEE

Les politiques ont choisi le camp de la bite : celui de la fuite , de la désertion, de la lâcheté, chut chut sujet tabou !!! DEBAT TABOU !

LA DESERTION REPUBLICAINE !!!

le débat sur la liberté du travail de la pute n’est pas le débat, 

le problème de fond c’est la liberté de l’Homme ( de tirer comme il veut où il veut et avec qui il veut  mais, c’est pas tant qu’il tire sa crampe, qui est gênant, chacun fait ce qu’il veut, encore heureux) c’est que cette liberté se manifeste en achetant un bout d’être humain, et ça tombe bien il y a des putes pour lui rendre ce service ! Ben quoi bobonne n’a plus l’obligation de service, alors faut bien tirer sa crampe quoi, merde, alors d’abord la liberté de tirer, comme Ribéri quoi, on en rit encore, y a pas de mal à se faire du bien, 20 000 prostituées en France, 200 000 en Allemagne, la lutte contre le chômage…Beaucoup de pognon en jeu…tout le monde a le droit de bouffer…

Chut chut va y mon lapin tire ton coup !

Ah merde c’était ta fille au coin de la rue…

Ah merde t’as pas pu tirer du coup, mon pauvre bichon, la salope !!

La raclée que va prendre bobonne à la maison…

Élisabeth Badinter, philosophe et féministe : «Interdire aux prostituées indépendantes de faire ce qu’elles veulent avec leur corps, serait revenir sur un acquis du féminisme qui est la lutte pour la disposition de son corps. La pénalisation des clients équivaut à une déclaration de haine envers la sexualité masculine».

D’ailleurs je constate que les universités de la bite sont à l’ordre du jour,  monsieur le ministre de l’éducation faites vite ouvrir les facs de la bite et dites à madame BADINTER de venir faire ses cours philosophiques et qu’elle nous montre par ses travaux pratiques sur le trottoir combien c’est une liberté et combien elle respecte la sexualité masculine !

Sylviane Agacinski, philosophe et féministe : «La marchandisation des corps bafoue l’émancipation féminine car la liberté de se laisser asservir est une contradiction dans les termes».

Virginie Despentes, écrivain : «Il faut faire du corps, du plaisir et du travail sexuel des outils politiques dont les femmes doivent d’emparer.»

Morgane Merteuil, secrétaire générale du syndicat du travail sexuel (Strass) : «Nous sommes prosexe, proporno, proputes, et pour la liberté de porter le voile»

C’est fort de liberté !!!

  Caroline Fourest, journaliste, militante de la laïcité, féministe : «Pénaliser le client a au moins le mérite de pénaliser celui qui achète.

 et la femme de la rue elle en pense quoi? 

Quand dédé va aux putes ça lui fait des vacances et puis y a moins de viol !

La prostitution le médicament anti-viol c’est le serpent qui se mord la queue !

Il y en a même des mères qui voient pas ce qui se passe à la maison pour avoir la paix, alors ce qui se passent sur les trottoirs …Pas vu pas su…chut !!!

comme les législateurs une bonne désertion de conscience !

Ben quoi chacune sa merde !

CONSCIENCE CONSCIENCE 

TA GUEULE SUCE !!!

Laisser un commentaire

 

Méfi au Coucou Gris - Carlotti |
Valreymont |
Gutsyflower |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ibtissame AZZAOUI
| Adelaidecitynews15
| UMP Aix en Provence