Victoryne Moqkeuz Eructeuse

Inspiration expulsion

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2013

31 octobre 2013

ALLO QUOI, PAPA J’SUIS UNE BITE QUOI, J’PEUX ETRE DANS TON SPECTACLE?

Classé dans : humour désappointé — eructeuse @ 7 h 37 min

ALLO QUOI, PAPA J'SUIS UNE BITE QUOI, J'PEUX ETRE DANS TON SPECTACLE? dans humour désappointé cabuNicolas Bedos reconnaît lui aussi que la comparaison avec les 343 salopes est«indécente» et «un peu inconséquente».

Il «regrette»de s’être associé à l’initiative, mais pour lui, «vouloir abolir la prostitution c’est aussi con que de vouloir abolir la pluie».

Ah le beau bourrin, ah le grand penseur ! Les hommes auraient un pouvoir sur la pluie ? Ah le beau bênet, car comparer pluie et prostitution est malhonnête, car oui on peut et doit abolir la prostitution, au moins  dans nos lois et ça on le peut !

Ah l’étalon nous en remet une couche ! Han, han, hi han !

Ah la bonne profession de foi pardon de bite !

Allo papa j’peux être cité comme bite et salaud dans tes spectacles,

oh dit papa parce que je le veau bien !!

30 octobre 2013

La culture du rut des 343 salauds :

Classé dans : il est revenu le temps des cathédrales,le temps de la colère — eructeuse @ 19 h 02 min

La culture du rut des 343 salauds : dans il est revenu le temps des cathédrales 20100217-justice-haiti1-150x122

« Nous considérons que chacun a le droit de vendre librement ses charmes – et même d’aimer ça. Et nous refusons que des députés édictent des normes sur nos désirs et nos plaisirs« .

« Touches pas à ma pute » se croit le propriétaire des lieux ! Façon de dire je dispose du corps de l’autre comme je veux ! 

Z’ont tout compris des droits humains ceux-là, coincés dans leur culture du rut !

Patria oh patriarkk, t’as beaux jours devant toi !

Ainsi donc acheter quelqu’un est un plaisir, acheter vendre, client, proxénète, esclavagiste, même combat !

Ah charme moi le phallus ma cocotte et t’auras quelques billets ! tout est dit !!

Je présume que ces pères de famille proposent  les universités du trottoir à leur charmante fille dans leur cursus scolaire pour les préparer à  sucer des bites, on ne sait jamais…

Savoir se vendre en toutes circonstances, vive  le libéralisme mon enfant !!!

Grande nouvelle la bite pense et quand elle pense elle gicle un manifeste !

Classé dans : humour désappointé — eructeuse @ 14 h 03 min

Grande nouvelle la bite pense et quand elle pense elle gicle un manifeste ! dans humour désappointé totem-246x300

-Ah ben ah ben mon salaud ! Non mais tu te rends compte, ah les cons, veulent nous donner une amende quand on va aux putes maintenant et ces salopes de féniministes, ces poufiasses de  bonnes femmes coincées du cul qui veulent l’abomachin…

- L’abolition. 

- Oui l’abolition, non mais où on va, si on peut pas vider ses bourses comme on veut ! Merde je fais ce que je veux de mon pognon et de mes couilles !

Mais quel monde mais quel monde !

Dédé est très contrarié, quand il est bourré il a du mal à tirer sa crampe tout seul et comme chacun sait, quand un mâle ne vide pas ses bourses quand il bande, il n’est pas un homme quoi !! t’entends un homme, un coup de sang, le voià tout puissant ! Dédé aime se comporter en homme…

-Ah ces salauds de socialistes qui veulent nous empêcher de jouir !!!

Mais quel monde mais quel monde…

Si Dédé n’a plus la liberté de tirer sa crampe dans un con à disposition, un garage à bite comme il dit, sans se prendre une amende…où va le monde?

Mais quel monde mais quel monde…mais ouf dans ce monde, de grands penseurs sont sur la même longueur de bite que Dédé et pondent un manifeste qui clâme la légitimité d’acheter un con comme un camembert quand l’envie les tenaille, m’enfin quoi, ils ont des appétits à satisfaire, point de frustration dans mon pantalon, quoi je suis un étalon… et puis tout se fait dans la con sentence du fric, ah le cri du viol de la liberté…

DRAME DE LA MASCULINITÉ

LA VIRILITÉ EN DANGER

NAUFRAGE DES BITES EN FOLIE

OYEZ OYEZ MON PLAISIR MA JOUISSANCE EN DANGER

LIBERTÉ ÉGALITÉ GICLÉE et dans ta gueule salope si je veux !

Un manifeste est né de 343 maquereaux oh pardon queutards se nommant  salauds en irrespect pour les femmes du manifeste des 348 salopes qui ont écrit avoir avorté, avortement qui valu la peine de mort à des femmes, oui se sont bien des salauds,

donc des salauds crient au crime de lèse bite 

leur  royaume c’est leur bite 

ô république tu oserais sanctionner  le plaisir…

La jouissance masculine est un droit de droit divin, Eve fut mise à disposition crée pour le plaisir d’ Adam, c’est dire, si c’est vrai, qui ne tolère aucune barrière !

Ah où est-il ce doux temps où bobonne était obligée d’accomplir son devoir conjugal et quand elle voulait pas deux baffes dans sa gueule et elle écartait les cuisses ! Ah doux temps où boniches, enfants serraient les fesses quand passaient  maîtres et saigneurs…

Putain touches pas à mon con à disposition !

Bedos père a traité Morano de conne et de salope, il peut être fier de son fils, 

il est intelligent comme une bite !

28 octobre 2013

Y A BON

Classé dans : rien ne sert de mot dire il faut crier à temps,tout est politique — eructeuse @ 9 h 55 min

Y a bon

Bonne

domestique soubrette

bonne à tout faire

boniche

bonichon

belles miches

michetonnons les bôs nichons de la boniche

y a bon les bons nichons de la bonne à tout faire de la bonne à tirer

bonniche

y a bon la prostitution

femelle à disposition

qui doit prendre la position de sa soumission

de sa domestication

être à sa place en la place

con à disposition

y a bon aussi la fellation

à qui on a donné le droit de vote parce que le légisbaveur savait qu’elle voterait comme son poltron de mari, à droite.

Y a bon l’institution

Droite

union des légisbaveurs dont la bite tire aussi loin que les idées, issue de la cuisse de dieu le père, la mère est dans l’escalier… La belle nobleuse serait capable de s’allier avec le diable si elle sentait que la sainte femelle reproductrice accédait au pouvoir de ses droits d’être humain mettant en danger le socle de la famille patriarcale, fracassant les bases d’un capitalisme dont l’héritage et la propriété sont ses mamelles. C’est pourquoi bien qu’elle s’en branle des droits de l’enfant, cette chienne qui a inventé les bagnes pour gosses, à manifester contre le mariage pour tous , soutenue par la horde de primates dont la tête sert à porter des croix gammées !

Rien de neuf sous le ciel de France et si le changement était à l’heure du gouvernement, il ne serait pas l’allié du libéralisme qui pille les peuples et met femme, jeunesse et plus de 50 ans sur les trottoirs du chômage…

Ah la gauche,

Si la gauche de la gauche de la gauche de la gauche, bon j’arrête là, était à gauche, elle n’aurait pas perdu la bataille des retraites qui plongent les vieilles au delà de la misère, mais la vie des femmes, ce n’est pas sa priorité à la gauche, les pauvres femmes, ce n’est pas sa lutte de classe, à la gauche dont les têtes pensantes ont la révolution plus portée sur ce qui se passe loin de chez nous, ben merde on est content que les autres fassent leur révolution…grand bien leur fasse !

Ah ma gauche et son coup de balai ce fut une manif révolutionnaire, une manip, qui a changé la vie ici, youpi ! Ah ma gauche et son nombrilisme masturbatoire, ses grands discours et sa grande foire aux idées, oui ça vient…ah jouir de soi quel émoi et moi et moi…

Aragon a dit la femme est l’avenir de l’homme

Qui est l’avenir de la femme ?

Ah ma bonne dame !

 Y A BON dans rien ne sert de mot dire il faut crier à temps img099-300x218

NI MAITRE NI DIEU

27 octobre 2013

Prostitution ! Pénalité: carton rouge !

Classé dans : tout est politique — eructeuse @ 9 h 26 min

La philosophe Sylviane Agacinski écrit dans son livre « Corps en miettes » qu’elle « éprouve un certain dégoût à devoir argumenter pour dire pourquoi il est indigne de demander à une femme de mettre son ventre à la disposition d’autrui ».

Ben ça gêne pas le client car où il y a de la gêne y a pas de plaisir, c’est comme d’aller lui demander à lui et à ses queutards de copains, si ça les gêne de se vider dans un ventre sans envie,vie…

Faut dire que la maxime les femmes honnêtes n’ont pas de plaisir, a servi longtemps aux maitres et seigneurs à se vider dans  des cons à dispositions familiaux …gamines comprises…C’est bien ancré dans le phallus, car que voulez vous, il y en a pour croire, tant leur cerveau est comprimé, que la bite a toujours ses privilèges de droit divin…C’est dire comme les temps changent…Hé cocotte, je viens pour ma vidande !

Demandez donc aux femmes qui ont servi d’esclave sexuelle au japon, ce qu’elle en pense, de la vidange nationale des troupes…

La prostitution est une barbarie patriarcale, vestige d’un droit des biteux à disposer du corps d’autrui avec ou sans son consentement, ils s’y accrochent, les pauvres, ils pourraient s’humaniser de ne plus y avoir recours,  quel danger !!!

On revient de loin mais on était parti nulle part

Classé dans : il est revenu le temps des cathédrales — eructeuse @ 8 h 50 min

Tirée d’un excellent article sur les cocottes du second-empire, je trouve cette phrase fabuleuse, rien n’a changé pour la femme  : « Puisqu’elle use de son corps comme d’un capital, la courtisane femme s’astreint à un toilettage journalier et s’efforce d’exacerber ses appâts. Chaque jour, elle se doit d’être maquillée, parfumée, coiffée, prête à se livrer à la féroce compétition de la « haute-bicherie » politique !

Quoi de neuf doc ??? Que du vieux ma générale !

Mediapart 

Avec la «Bataille des dames» à Paris, le sexisme des médias s’épanouit.

24 OCTOBRE 2013 |  PAR MICHAËL HAJDENBERG

Quotidiens et hebdomadaires ont tendance à réduire les candidates à la mairie de Paris à leur corps, leurs habits, leur entourage. Parfois avec la complicité des principales intéressées. Florilège et explications.Les campagnes passent, les clichés perdurent. L’affrontement entre Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) et Anne Hidalgo (PS), la fameuse « bataille des dames », se raconte dans les médias à travers une coupe de cheveux, une hauteur de talons, l’assignation à un rôle de mère ou de compagne. Pas seulement dans la presse féminine ou people. Mais dans les médias généralistes, qui, bien souvent, réduisent les candidates à leur genre.

On revient de loin mais on était parti nulle part dans il est revenu le temps des cathédrales hidalgo-nkm-portrait-300x115

Pour ceux qui en douteraient, il suffit tout au long de cet article de faire un exercice de symétrie. Un homme serait-il présenté de la même façon ? Et, si oui, serait-ce le cas aussi fréquemment ?Bien sûr, pour la première fois, une femme sera maire de Paris. C’est un fait, inédit. Mais cela implique-t-il de faire passer au second plan les parcours des candidates, leurs compétences, leurs idées ?

Voici comment commence un portrait d’Anne Hidalgo dans L’Express : « Dans son local de campagne, elle est arrivée en avance. Comme toujours. Vêtue d’une robe tricolore presque assortie au décor fait d’aplats de couleur, Anne Hidalgo raconte sa rituelle escapade au Festival d’Avignon. Le ton est posé, la voix douce, le propos un tantinet convenu. » Un peu plus loin, on nous raconte comment Delanoë a « vite repéré la perle andalouse, née de parents ouvriers exilés ».

Dans Le Mondeun reportage du 11 octobre sur NKM détaille : « Souriante, en tailleur-pantalon noir, ballerines et queue-de-cheval, la maîtresse de cérémonie avait fait asseoir au premier rang ses chefs de file d’arrondissement. »

Imagine-t-on un journaliste commencer son article en décrivant les mocassins de Jean-François Copé ? Dans le genre, Paris-Match garde bien sûr une longueur d’avance, en décrivant le couple : « Anne et lui, la belle de Cadix et le discret polytechnicien lyonnais ». À elle la beauté, à lui la compétence.

Dans Paris-Match, le 14 mars 2013Dans Paris-Match, le 14 mars 2013

Le 15 mars 2013, l’hebdomadaire entame un portrait de la candidate de la sorte : « Ne dites pas à Alain Delon qu’Anne Hidalgo est de gauche : il s’en moque ! Il est fou d’elle, comme il nous le confie avec bonheur : « J’aime son charme, son physique, sa voix, sa façon de bouger… Une femme sensible et attirante comparée à tant d’autres qui sont trop masculines. Chez elle, on sent ­l’Espagne. » » L’hebdomadaire explique : « Pendant douze ans, la belle de Cadix, sa ville natale, est restée dans l’ombre du maire. » Le physique gomme tout, même les différences politiques, quand il s’agit de « la fière Andalouse (qui) se présente en femme politique gracieusement normale ».

C’est une constante : les candidates n’échappent ni à leur corps, ni à leur entourage.« Elles sont bien plus souvent que les hommes appelées uniquement par leur prénom : c’est le cas de « Ségolène » Royal, de « Martine » Aubry, mais aussi d’ »Arlette » Laguiller. Leur statut de fille, de mère, d’épouse ou de compagne est souvent rappelé, l’équivalent pour les hommes (fils, père, époux) est, en revanche, rarement mentionné. Et l’attention portée au corps, aux manières de le vêtir et de le parer (maquillage, coiffure, etc.) est très fréquente », explique Frédérique Matonti, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1.

Cela touche toutes les candidates. Dans Libération, celle du Front de gauche, Danièle Simonnet, n’y échappe pas. Son portrait débute ainsi : « Elle a un côté « bonne copine ». Quand on la retrouve pour un café, en terrasse près de l’Hôtel de Ville – elle siège depuis 2008 au conseil de Paris –, ses manières spontanées et ses éclats de rire lui donnent presque l’air d’être toujours une syndicaliste étudiante. »

Marie-Joseph Bertini, professeure en sciences de l’information et de la communication, remarque : « On n’aurait jamais pensé pour un homme à évoquer ses manières spontanées, ses éclats de rire. » Plus loin dans l’article, Clémentine Autain, féministe revendiquée, témoigne : « Nous nous sommes entendues remarquablement bien, elle est dans un bon état d’esprit collectif, de bonne humeur, source de propositions. » Marie-Joseph Bertini s’en étonne : « Même Clémentine Autain est citée sur sa bonne humeur, pas sa technicité, ni son autorité, ni sa compétence sur les dossiers. »

L’article a été écrit par une femme et cela n’étonne guère la chercheuse. « Ce sont souvent les journalistes femmes qui ré-ancrent le tropisme. Comme si celles qui sont en situation de pouvoir avaient intériorisé les normes masculines. »

Cette campagne des municipales à Paris lui permet toutefois de dresser un constat nuancé : « C’est plus contrasté qu’il y a quelques années. Par le passé, en travaillant sur des centaines d’articles, j’ai pu montrer que l’ensemble des actions entreprises par les femmes étaient relatées dans les médias suivant cinq clichés : l’Égérie, la Muse, la Mère, la Madone et enfin, la plus fréquente, la Pasionaria. Autant d’expressions qui maintiennent les femmes au plus près de leurs fonctions dites « naturelles » : du maternage jusqu’à cette démesure passionnée qui leur ôte tout contrôle sur elles-mêmes et donc toute prétention à exercer de véritables pouvoirs. »

Ces stéréotypes se font cette fois plus rares. « C’est bon signe : cela montre que les catégories dans lesquelles on a longtemps enfermé les femmes bougent. Dans ma revue de presse, je trouve même certaines expressions qu’on ne trouvait pas auparavant accolées aux femmes : « Hidalgo la meneuse »« NKM à la conquête de Paris »« Hidalgo dégaine »« La revue de troupes du général NKM ». Mais avec parfois, des rechutes dans les mêmes papiers. On garde un tropisme de genre. »

LA SUITE SUR MEDIAPART

Quoi de neuf? Rien: citation d’Etienne De La Boétie, discours de la servitude volontaire

Classé dans : il est revenu le temps des cathédrales — eructeuse @ 8 h 16 min

« Le laboureur ou l’artisan, pour tant asservis qu’ils soient, en sont quittes en obéissant ; mais le tyran voit ceux qui l’entourent, coquinant et mendiant sa faveur. Il ne faut pas seulement qu’ils fassent ce qu’il ordonne, mais aussi qu’ils pensent ce qu’il veut, et souvent même, pour le satisfaire, qu’ils préviennent aussi ses propres désirs. Ce n’est pas tout de lui obéir, il faut lui complaire, il faut qu’ils se rompent, se tourmentent, se tuent à traiter ses affaires et puisqu’ils ne se plaisent que de son plaisir, qu’ils sacrifient leur goût au sien, forcent leur tempérament et le dépouillent de leur naturel. Il faut qu’ils soient continuellement attentifs à ses paroles, à sa voix, à ses regards, à ses moindres gestes : que leurs yeux, leurs pieds, leurs mains soient continuellement occupés à suivre ou imiter tous ses mouvements, épier et deviner ses volontés et découvrir ses plus secrètes pensées. Est-ce là vivre heureusement ? Est-ce même vivre ? Est-il rien au monde de plus insupportable que cet état, je ne dis pas pour tout homme bien né, mais encore pour celui qui n’a que le gros bon sens, ou même figure d’homme ? Quelle condition est plus misérable que celle de vivre ainsi n’ayant rien à soi et tenant d’un autre son aise, sa liberté, son corps et sa vie ! »

voilà des questionnements qui sont toujours d’actualités… 

24 octobre 2013

30 novembre journée de la femme !

Classé dans : il faut savoir humour garder,pour le meilleur et pour le rire — eructeuse @ 15 h 47 min

GREVE DU FOOT

Les clubs de football décident d’une grève des matchs pour la journée du 30 novembre.

En voilà une nouvelle qu’elle est bonne :

Papa pourra faire les courses et remplir le frigot pour le prochain match, qui ne saurait tarder, faire les devoirs avec les gosses, étendre la lessive, repasser ses chemises, plier ses chaussettes pendant le film, bref une vraie soirée en famille !

Qu’est-ce qu’on dira à son doudou fatigué de sa double journée ?

Dors bien mon lapin !

30 novembre journée de la femme ! dans il faut savoir humour garder lapin

De quoi parlent-ils ? De l’espionnage américain et ses écoutes téléphoniques ?

Classé dans : papa a dit couchez ! — eructeuse @ 11 h 50 min

« écoute machin…

- Hollande !

- écoute Toto,

De quoi parlent-ils ? De l'espionnage américain et ses écoutes téléphoniques ? dans papa a dit couchez ! angela-merkel-2-300x150

faudrait songer à calmer les ardeurs de ton ex là !

- He 

sego-300x168 dans papa a dit couchez !

va-y Ségo fonce dans le tas, tu risques rien ! A la bastille on aime bien Ségo qu’a pas d’pot …

Ce que je dis est vrai puisque je le dis et pas que ce jeudi !

Classé dans : La politique du tout ou rien — eructeuse @ 11 h 17 min
Image de prévisualisation YouTube

mais dites donc !!!

123
 

Méfi au Coucou Gris - Carlotti |
Valreymont |
Gutsyflower |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ibtissame AZZAOUI
| Adelaidecitynews15
| UMP Aix en Provence